Visite privée de Chelsea avec Diane Desazars

Diane a vécu plus de 10 ans à NY, elle a donc le droit à l’appellation “NewYorker”. Elle vous fait découvrir Chelsea, comme si vous étiez avec une bonne copine qui vous guiderait dans Chelsea. Profitez-en !

BALADE # 1 : SO BRITISH Chelsea Hotel et 23 rd Street

TEMPS: 30 minutes

ITINÉRAIRE : Chelsea Hotel. Prendre la 23ème rue vers l’Ouest. Traverser successivement la 8ème et 9ème Ave. À la 10ème, tourner vers le Sud. Et quadriller les 20, 21, 22èmes rues entre les 8 et 9èmes Ave.

Welcome to Chelsea ! Un quartier pas comme les autres, le long de la Hudson River. Un quartier où des rues aux allures londoniennes côtoient des entrepôts, ou l’Art est dans les rues, où calme et énergie semblent parfaitement cohabiter. Un quartier de contrastes.

D’abord un mythe: le Chelsea Hotel. Chanté par Leonard Cohen, filmé par Andy Warhol, habité par Marilyn, Jimmy Hendrix, Bob Dylan et Sid Vicious (qui y assassina sa compagne dans la chambre 100)…. Un vrai repère d’artistes.

chelsea-hotel-experience-newyork

On lève la tête pour voir les toits pointus, les balcons en fer forgés ornés de curieux tournesols. Fermé pour rénovation, l’hôtel garde le look unique qu’il avait lorsqu’il était le plus haut immeuble d’habitation de la ville.

Continuer la w 23 street vers l’ouest  jusqu’à la 10ème Ave. Entre les Avenues 10th et 11th, toujours sur la W 23 street , un gigantesque bâtiment de briques orné de gargouilles et de colonnes : la London Terrace. Un défi au moment de sa construction (1930),  pas très “mode” à l’époque pour les New Yorkais d’habiter dans un building. Ils se laissent pourtant convaincre par la piscine, les “doormen” au look anglais.

Continuer sur la 23ème street, sur les terres d’un fameux capitaine anglais, Thomas Clarke, qui à la fin de la guerre d’Indépendance construit ici sa maison de campagne qu’il nomme du nom de l’hôpital militaire de Londres. D’où le nom de Chelsea. Quelques années plus tard, son petit fils, Clement Clarke Moore accepte de vendre une partie de son domaine à condition que l’on y construise des maisons correspondant à ses critères: pas de garage ou d’entrepôt, de l’espace et des jardins, des rampes en fer forgé… Un petit coin de Londres en plein NYC !

Prendre le temps de regarder les maisons sur la 22ème rue.

chelsea-22street Puis, sonner au 440W 21st street pour découvrir le Séminaire (encore actif aujourd’hui) que la famille Moore a donné à l’Eglise Episcopale. Admirer son église, son jardin et les réservoirs autour.

chelsea-reservoir

Une partie du terrain, malmenée par l’ouragan Sandy, a été vendue pour la construction du High Line Hotel. Arrêtez-vous pour prendre un thé dans le lobby (pas un café, il est trop fort) mais les cookies sont bons). Et en été, installez vous sur la terrasse de l’Intelligentsia Coffee Truck dans le Food Truck Citroën à l’entrée. Charming !

Dans cette même rue au printemps, ne pas manquer les glycines, absolument “amazing” .

glicyne-diane

 

BALADE # 2 : L’ART ET CHELSEA

TEMPS: 45 minutes ou 5 heures si vous rentrez dans toutes les galeries

ITINÉRAIRE : Départ  sur la W21st street et la 10ème Avenue. Prendre la W21st street vers l’ouest. Revenir sur la 10ème Avenue par la W22nd street. Se perdre dans le quartier des galeries qui va environ de la 19 ème rue à la 29ème entre la 10ème et la 11ème Avenue.

 

picto-mapPour être au courant de toutes les expos, des galeries,

une adresse : www.chelseagallerymap.com

 

Commencer sur la W 21street et la 10ème Ave. Un coup d’oeil rapide sur la boutique Comme des garçons (520W 22nd st), une pointe d’humour et de design qui donne le ton !

chelsea-commedesgarcons

Autour, des facades témoins de l’époque où le quartier n’était qu’entrepôts, garages et petites usines.

Au 19eme, Chelsea devient industriel avec l’arrivée du train qui permet aux marchandises comme aux ouvriers de circuler plus facilement. Les entrepôts se multiplient entre la 10ème et la 11ème Avenues. Ils ne resteront qu’un temps: Chelsea devient vite trop petit, trop cher.

Le quartier s’endort au début du XXème siècle pour se réveiller il y a une vingtaine d’années avec l’installation des galeries d’art. Béton ciré, charpentes en bois deviennent des écrins pour les artistes contemporains.

Prendre la W22 street vers la 10 ème Avenue. 23 blocs de Basalt conçus par Joseph Buys rythment la promenade. Des deux côtés de la rue, des galeries à n’en plus finir.

Se promener à son rythme. Les expos changent selon les saisons. Indispensable de préparer son chemin pour se retrouver parmi les centaines d’exposants.

chelsea-galeries

Ne pas manquer sur la 24ème le fougueux baiser du Mural de l’artiste Cobra. (Vous ne pouvez-pas le rater, il est immense et très coloré. On vous laisse la surpris. Et souvent des tags sur les murs qui changent régulièrement.

A voir également l’Empire Diner, au coin de la 22eme street et la 10ème Ave. Un de ces restaurants très “Amerique des 50’s” avec leur look art deco et wagon de train. Ce resto qui a été rénové récemment vient pourtant de fermer. Snif.

chelsea-empire-diner

 

BALADE # 3: LA HIGHLINE

TEMPS: 1h en prenant son temps. ou 20 minutes en marchant.

ITINÉRAIRE : Prendre l’entrée de la Highline sur la W23 street (escalier ou ascenseur) et continuer la Highline vers le sud juqu’ au Whitney Museum.

Au 19ème siècle, le trafic est tel dans les rues de Chelsea qu’on appelle la 11ème avenue, l’avenue de la mort.  Impossible de la traverser sans risquer sa vie ! Pour décongestionner le quartier, la Highline est construite en 1930: un viaduc de 13 miles qui passe entre deux avenues pour livrer directement les marchandises dans les usines. Succès éphémère: la ligne ne sera utilisée que jusqu’en 1980. Le train est arrivé trop tard, le quartier a perdu son activité industrielle, il s’endort doucement. Les rails rouillent, les plantes sauvages prospèrent…

En 1999, les voisins se mobilisent pour sauver les rails de la destruction et en faire un espace vert. Un projet fou qui donne naissance a un parc aujourd’hui incontournable !

Si vous voulez organiser votre balade, et voir les événements du moment de la high line (il y en a tout le temps),  ne ratez pas ce site remarquable, www.thehighline.org.

Prendre l’escalier qui permet d’accéder à la Highline. Plusieurs étapes sur le chemin vers le sud.

chelsea-highline

Sur la droite (au niveau de la 23rd street) une ancienne usine de cigarettes qui a brûlé au 19ème siècle, des milliers de cigarettes ont fini en fumée.. un comble !  À ses pieds, des gradins de bois  pour faire une pause. À noter que toutes les plantes ont été choisies avec soin: pas d’exotisme ici, seulement les fleurs ou les arbres que l’on trouve dans la région.

chelsea-highline-marches

Coup d’oeil sur la Hudson River, les terrains de sport ont remplacé les Piers (quais) du siècle dernier. Le Titaninc aurait s’y amarrer, les troupes américaines partirent de là pour les deux guerres mondiales. Émotion.

La voie ferrée touche les buildings au coeur : elle traverse par exemple l’usine où l’on fabriquait ces fameux petits gâteaux ronds et noirs avec une ligne blanche au milieu; vous l’avez deviné, ces Oreos que l’on mange sans fin…

L’usine est aujourd’hui le Chelsea Market qui vaut le detour.

Ne ratez pas une oeuvre d’art inattendue : les carreaux colorés allant du vert au brun, sous l’usine côté rivière. Chacun correspond à une nuance que peut prendre la Hudson River. (Nous, on pense à l’artiste qui est allé récupérer des échantillons de couleur de la rivière et qui a fait teinter les verres…Si c’est pas chiadé, ça.)

On continue pour passer sous l’Hôtel Standard: un curieux bâtiment en forme de livre ouvert sur l’Atlantique, le top de la branchitude avec son public très hype, un haut lieu de la nuit New Yorkaise… Mosaïque de fenêtres qui permet aux uns de se montrer aux autres de regarder, et qui offre des vues spectaculaires sur la ville.

 

Les must de la Highline :

  • Une ballade au pas de course en hiver, lorsque le vent glacial chasse les touristes. Que parfois même, la Hudson charrie de véritables icebergs.
  • Un lunch New Yorkais typique: acheter son homard au Chelsea Market et venir le déguster sur les marches surplombant la 11ème Ave. Ou sur une des chaises longues en bois (prises d’assaut) qui donnent sur la Hudson River.
  • La visite au Whitney Museum, le plus récent musée de la ville et surtout le seul des grands qui a osé se risquer Downtown !
  • Les “Ladies Room” du Boom Boom room, en haut du Standard Hotel (si vous arrivez à y aller) : les toilettes avec la meilleure vue sur NY. Mais pas toujours facile d’accéder au Boom Boom Room. Et évitez le week-end, c’est bondé.

De manière générale, quand il fait beau, évitez la highline le week-end, sauf tôt le matin. Il y a trop de touristes. chelsea-whitney-museum



%d bloggers like this: