Visite privée de Chinatown avec Diane Dezasars

Venez visiter Chinatown avec Diane, qui connaît tous les coins cachés. Perdez-vous dans les rues les plus dépaysantes de New York. Et notez ses bonnes adresses. 3 balades à faire en 3 fois où en une seule fois si on veut sentir le quartier tout entier d’un seul coup !

chinatown-newyork-durian

BALADE # 1 : New York en chinois

TEMPS : 1 heure

ITINÉRAIRE : départ au coin de Canal street et Lafayette st. Continuez Canal street vers Mulberry street. Prenez Mulbery jusqu’à Columbus Park. Puis Bayard street, Mott, Pell et Doyer street, pour finir sur Bowery.

 

Un Starbucks-pagode, des enseignes chinoises: welcome to Chinatown version New York!

Il suffit de regarder les étals de durians (fruit exotique). Attention odeur pestilentielle si on les ouvre ! Ou de piatayas (fruits du dragon), les vitrines ou pendent des canards laqués pour comprendre que l’on est ailleurs.

Lorsque les Chinois arrivent à New York dans les années 50s en espérant mieux s’intégrer que sur la côte Ouest, ils s’installent dans le quartier des immigrants, le Lower East side: c’est l’ancien “Five Points”. En bref, un endroit insalubre, un coupe gorge dont personne ne veut.

Regardez de près ce tableau de Georges Catlin qui dépeint les Five Points :

five-points-newyork-catlin

Pourtant les Chinois y sont toujours aujourd’hui ! À Columbus Park, les femmes discutent en écoutant un joueur de cithare chinoise, les hommes jouent aux dés et regardent le visiteur d’un air méfiant, tout cela au milieu des réverbères a tête de dragon et sous le regard de la statue d’un héros chinois… on s’y croirait !

chinatown-park

À part les vendeurs de dim sum (raviolis chinois), les coiffeurs et les masseurs (pour les plus téméraires, essayez un massage des pieds… plutôt musclé mais cela vaut le détour ! ), Chinatown n’est pas l’endroit favoris des addicts de shopping. Deux trésors à découvrir cependant: la boutique de Sun,  au 79 Bayard street, une herboristerie pas comme les autres (prenez le temps de parler avec Sun et de trouver le thé qui guérira tous vos maux).

Pour les amateurs de baguettes, le chopstick store sur Mott street vaut aussi le détour. C’est à peu près tout ! 

chinatown-sun-tea-bayard-street

 

 

Continuez Mott street jusqu’à l’Église de la Transfiguration avec son clocher de cuivre est un livre ouvert sur l’histoire du quartier: fondé par des luthériens, elle est devenue épiscopale et c’est aujourd’hui une église catholique qui après avoir accueilli les Irlandais et les Italiens, propose des messes en Chinois ! This is New York.

Rejoignez Doyer street. On l’appelait “bloody angle” tant les crimes entre gangs chinois y étaient nombreux. Coup d’oeil sur les réservoirs, les buildings de différentes couleurs qui semblent s’empiler les uns sur les autres…

doyer-street-nadege-fougeras

Et notez bien l’Apotheke, un bar caché au fond de la rue, bar clandestin des soirées les plus folles. Réservez.

 

BALADE # 2 : Des marins venus de loin

TEMPS : 1 heure

ITINÉRAIRE : départ Bowery et Oliver Street. Prenez Oliver Street, passez devant le Mariner’s Temple et prenez Henry street jusqu’au Manhattan bridge. Promenez-vous sous le pont pour rejoindre Elridge street.

Au coin de Bowery et d’Oliver street, le Mariner’s temple était l’un des premiers lieux d’accueil pour ceux qui arrivaient à Manhattan. Le port étant jusqu’au 19ème siècle sur l’East Side, le Lower East Side était le premier contact des immigrants avec New York. Sur Henry Street, on retrouve des témoignages de l’avant Chinatown, des différentes populations pour qui c’était le début d’une nouvelle vie.

Chacun apportait avec lui sa culture. Sur certains “tenements” (petit immeuble de maximum 6 étages, souvent insalubre, ou s’entassaient les arrivants), on découvre des sculptures ressemblant à des proues de navires, des visages barbus de divinités ou des animaux. Pour ceux que l’aventure des immigrants intéressent, allez au Tenement Museum (au 108 Orchard street). Ils proposent des visites guidées pour mieux comprendre. (Il faut réserver. Attention, interdit aux poussettes…)

Après le calme d’Henry Street, l’activité reprend aux abords du Manhattan Bridge. Un pont immense, suspendu entre Brooklyn et Chinatown. On est frappé par le bruit assourdissant des métros qui passent, la circulation, la saleté et l’activité grouillante des boutiques sous les arcades. À nouveau les collections de nouilles chinoises, de fruits et d’huîtres séchées. Chinatown qui au début était limitée par Baxter, Worth, Mott et Canal street ne se limite plus a son périmètre d’origine et s’étend même encore !

chinatown-sous-lepont

 

 

BALADE # 3 : Des coquillages géants et des grenouilles vivantes….

TEMPS : 1 heure

ITINÉRAIRE : prenez Elrigde street jusqu’à Grand street . Allez jusqu’à Mott street et perdez-vous dans “Little Italy”.

Arrêt sur image au début d’Elridge street: des petits immeubles couverts d’affiches en chinois, quadrillés par les escaliers à feu… so New York !

Au 12-16, perdue au milieu de ce monde asiatique, une superbe synagogue à la façade récemment restaurée. A noter les arches et les colonnes, les étoiles de David qui se détachent dans le ciel new-yorkais. C’était une des premières synagogues, du temps ou plus de 300 institutions juives s’installent dans le Lower East Side, avant l’arrivée chinoise.

C’est aujourd’hui un musée. Ne ratez pas dans la synagogue un somptueux vitrail réalise par l’artiste Kiki Smith qui joue avec des bleus d’une rare intensité. Un peu plus loin un temple boudhiste où un moine vous accueille dans un silence relaxant. Continuez jusqu’à Grand Street. On traverse le Bowery, une des artères les plus anciennes et les plus populaires de la ville pour trouver un quartier très commercial de Chinatown.

chinatown-street-newyork

Sur Grand St ne pas manquer au 211 une pharmacie et herboristerie connue des new yorkais,  Kamwo Meridian Herb. Thés et herbes de toutes sortes très joliment présentés.

chinatown-grandstreet-tea

Au au 128 Mott street, le New York Mart, un marché couvert où l’on découvre avec stupeur que la grenouille est un met de choix et que l’on peut manger des coquillages d’une taille impressionnante …

Enfin, pour ceux qui veulent en savoir plus sur la communauté chinoise, le passionnant Museum of Chinese of America (216 Centre street).

Petit tour pour finir par Little Italy. Aujourd’hui, un marchand d’armes d’un autre temps (au 183 Grand st. voir l’affiche, elle vaut le détour !) et des vendeurs de gelati ou de pâtes fraîches (elles sont délicieuses à acheter chez Di Paolo) sont les derniers témoins d’un temps ou sur Mott, Mulberry et Lafayette, près de Grand street, on ne parlait qu’italien…

Vous l’avez compris, Little Italy n’est plus qu’une vitrine ! pour une vraie aventure, des pâtes fraiches et des mozzarellas comme là-bas, il faut s’aventurer sur Arthur Avenue, dans le Bronx. Mais ça, c’est une autre histoire



%d bloggers like this: